• Fotolia_72117527_M
  • Fotolia_77827981_L
  • accueil7[1]
  • Fotolia_28824213_M

Kyste arthro-synovial

Le kyste arthro-synovial est une tuméfaction arrondie se développant autour du poignet, très souvent à sa face dorsale, mais parfois en regard de la gouttière du pouls. Ce kyste est rempli d’un liquide gélatineux d’origine articulaire et il est le témoin d’une déhiscence de la capsule articulaire.

Il n’y a pas d’âge pour cette pathologie (5 à 80 ans) mais le pic de fréquence est autour de 25 ans. 

Aucune cause n’est retrouvée, mais certains efforts le rendent symptomatique.

  

Symptômes du Kyste arthro-synovial

Le kyste est une tumeur dont la taille et la gêne ressentie est très variable. En effet, le kyste peut etre presque invisible et très douloureux, ou à l’inverse, volumineux et indolore. Ainsi, les motifs de consultations sont autant la douleur que la nuisance esthétique.

Cette tumeur bénigne est ferme, sphérique, sans rétraction cutanée, parfois douloureuse, toujours mobile par rapport à la peau.

  

Examens complémentaires du Kyste arthro-synovial

Il est coutume de réaliser des radiographies standard du poignet afin de rechercher des anomalies osseuses. En effet, le kyste peut etre considéré comme « l’alarme » du poignet et donc le témoin d’un souffrance profonde. L’échographie peut confirmer l’origine articulaire du kyste et ses rapports avec les structures nobles adjacentes (artère, tendons). Les autres examens type I.R.M. ou arthro-scanner ne semblent pas utiles hormis en cas de doute diagnostic.

Traitement du Kyste arthro-synovial

L’évolution est spontanée de ces kystes n’est pas prévisible. Ils augmentent souvent de volume, mais peuvent aussi bien disparaître ou bien réapparaitre avec ou sans cause mécanique (pression).

Il est important, du fait de cette évolution, de ne traiter que les kystes réellement gênants (pour des raisons esthétiques ou de douleurs).

Différents moyens thérapeutiques sont à disposition :

- la ponction donnant 50% de récidives

- la disparition du kyste par pression (notamment une pièce de monnaie), souvent peu efficace, et à proposer qu’en cas de kyste souple.

- la chirurgie est à proposer d’emblée ou en cas d’échec de ponction. Cette intervention se pratique par une courte incision horizontale ou parfois sous arthroscopie, en chirurgie ambulatoire et sous anesthésie locale ou locorégionale. Le taux de récidive est de 10% en cas de première chirurgie. Afin de diminuer le risque de récidive, une attelle est à porter durant 2 semaines. Le pansement doit etre refait tous les 2 jours, la reprise d’un travail de bureau peut etre très rapide tandis que la reprise du sport doit attendre 1 mois.