• accueil7
  • ph1406-056

Tendinite calcifiante de la coiffe des rotateurs 

La coiffe des rotateurs représentent l’ensemble des tendons situés autour de la tête de l’humérus permettant de la centrée au milieu de la glène lors de mouvements et participant à la mobilité de l’épaule. Un tendinite est par définition un inflammation d’un ou plusieurs de ces tendons et lorsque cette inflammation est due à une calcification, on parle de tendinite calcifiante.

Les calcifications sur 7% des épaules et 20% entre 40 et 50 ans. Heureusement, seulement 35% d’entre elles sont symptomatiques, le plus souvent chez la femme avant 50 ans.

L’évolution naturelle d’une calcification se fait vers la résorption spontanée en quelques mois ou années. En effet vers l’âge de 70 ans, il n’y plus de calcification tendineuse.

 

Il existe 3 types de calcifications :

- type A : dense et homogène, unilobée à contours nets

 



- type B : dense, homogène, plurilobée à contours nets

 

 

- type C : nuageuse, inhomogène à contours flous

 

 

Les types A et B se retrouvent dans des tendons sains tandis que les types C peuvent démasquer des lésions.

Les ruptures sont rarement associées aux calcifications, on retrouve 4% de ruptures partielles et entre 1 et 28% de ruptures complètes selon les études. La récidive au même endroit est exceptionnelle.

Signes cliniques de la tendinite calcifiante

La douleur est le signe principal. Celle ci est principalement à la mobilisation du bras, mais la libération de la calcification dans l’articulation peut provoquer une douleur très violente, témoignant d’une arthrite aigue. Cette crise dure plusieurs jours, mais c’est un mode guérison, avec souvent une disparition ou une diminution de taille de la calcification au décours.

Examens complémentaires de la tendinite calcifiante

Les radiographies simples sont nécessaires  et suffisantes au diagnostic et au suivi de l’évolution. Il faut plusieurs incidences : Face 3 rotations et Profil de Lamy.

Elles permettent de préciser le type de calcification, le nombre, l’emplacement et la taille. Il est coutume de demander des examens récents car la tendinite calcifiante est une maladie évolutive.

Les localisations :

-80% dans le tendon du supra-épineux.

-15% dans le tendon de l’infra-épineux.

-5% dans le tendon du supra-scapulaire.

En cas de suspicion de rupture tendineuse associée, un arthro-scanner peut etre utile.

 

Traitements de la tendinite calcifiante

Le traitement fait appel à un arsenal thérapeutique comprenant :

- La prise d’anti-inflammatoires et antalgiques. Les crises hyperalgiques peuvent nécessiter une courte hospitalisation pour mettre en place des morphiniques.

- L’immobilisation temporaire dans une écharpe en cas de crise.

- La kinésithérapie aidant à la décompression tendineuse sous-acromiale. Une thérapie par ondes de choc (shockwave) donne parfois de bons résultats et présente l’avantage d’etre non-invasif.

- L’infiltration de corticoïde peut aider à passer un cap, cette infiltration doit se faire par un radiologue au bon endroit.

- La ponction/trituration réalisée sous échographie par un radiologue donne également de bons résultats au prix de douleurs importantes au décours durant quelques jours.

- La chirurgie enfin est la solution requise en cas de calcification résistante aux traitements précédents. Elle se pratique en ambulatoire ou avec une nuit d’hospitalisation, et sous arthroscopie (pas de cicatrice). En cas de rupture tendineuse associée, seule la chirurgie peut permettre de réparer une rupture tendineuse associée. Une acromioplastie complémentaire est souvent réalisée afin de décomprimer le tendon supra-épineux.



Suites post opératoires de la tendinite calcifiante

Une écharpe à but antalgique ainsi qu’un traitement médicamenteux est nécessaire entre 1 et 2 semaines. L’arrêt de travail est fonction de l’activité (court pour un emploi de bureau et plus long en cas de travail manuel), soit entre 2 jours et 1 mois. La reprise du sport est aussi fonction du type d’effort, entre 1 et 3 mois.

Complications possibles

Les complications sont non-spécifiques, rares et communes à toute chirurgie d’épaule sous arthroscopie : infection, hématome, algodystrophie (capsulite rétractile & syndrome épaule-main)